Les précédents "poèmes de la semaine" :

Les Inuits s'invitent au festival des mots du 14 mars 2015

                C'est l'occasion de présenter ce petit poème inuit :



En ce début d'année 2015, Hélène nous a écrit :


Bonjour La Sauce,

 

Belle journée à vous, contre vents et marées.

Hélène L.    Hélène Lemounaud 

 

"A l'impossible on est tenu

 

Oui je sais que

la réalité a des dents

pour mordre

que s'il gèle il fait froid

et que un et un font deux

 

je sais je sais

qu'une main levée

n'arrête pas le vent

et qu'on ne désarme pas

d'un sourire

l'homme de guerre

 

mais je continuerai à croire

à tout ce que j'ai aimé

à chérir l'impossible

buvant à la coupe du poème

une lumière sans preuves

 

car il faut très jeune

avoir choisi un songe

et s'y tenir

comme à sa fleur tient la tige

 

contre toute raison"

 

Jean-Pierre Siméon, Ici, 2009 (Cheyne édition)




En Décembre, Sophie nous livre son coup de cœur :

Marie Vandewynckele est venue exposer ses œuvres à l'Atelier des Possibles, à Saint-André-de-Sangonis, début octobre.

Ce fut pour moi un coup de cœur, et je suis restée longtemps à me laisser prendre par ses tableaux qui communiquent à la fois du rêve, du silence, une énergie profonde et une grande paix.

Elle avait glissé dans son catalogue un poème d'elle, qui est un bel écho à ses œuvres.

Le bonheur que j'ai éprouvé à le lire, je suis heureuse de le partager avec vous.

Sophie




    Il y a au coeur de la vie

                                        au centre de la feuille

                                        un espace de clarté

                                        un espace terriblement lumineux,

                                        un vertige de bien-être.

                                        J’appelle cela l’Amour

                                        la juste mesure.

                                        Cela est partout et n’importe quand,

                                        Cela est invisible et essentielle présence,

                                        Cela est éblouissant, vaste, profond, parfait,

                                        Cela est tellement là, qu’il faut je ne sais

                                        quelle grâce pour le percevoir,

                                        Cela fait trembler le corps et couler les larmes,

                                        Cela fait frissonner l’être,

                                        Cela secoue la moelle épinière

                                        Cela libère la respiration

                                        Cela donne envie de tomber à terre...

                                        sans retenue,

                                        ou de courir dans l’espace.

                                        Cela grandit le cœur,

                                        Cela amplifie la circulation de la vie,

                                        Cela est formidable intelligence,

                                        Cela décrispe, dévoile, dégage, dénoue,

                                        Cela est...immense et fulgurant,

                                        sans début ni fin.

                                        Cela est beauté infinie.”




En novembre, Fany nous avait proposé cette prose poétique de Jean d'Ormesson :


                               Le Soleil



                       Il y a d’abord le Soleil. Il règne. Il est là.

                            Nous ne vivons que par lui.

                            Il est l’inverse trompeur du néant.

                            Trompeur, parce qu’il ne fait que camoufler le néant

                            auquel lui non plus, au bout du chemin, il ne réussira pas à échapper.

                            Quand il se couche, nous nous couchons.

                            Quand il se lève, nous revivons.

                            Nous passons. Il demeure.

                            Il est pour nous, mortels, l’image de l’éternité.

                            On est en droit de se dire qu’il est là pour toujours.

                            Et pourtant, comme vous, comme moi,

                            comme nous tous et comme le reste, Il passera lui aussi.


                                    Éclatant, gigantesque, source et promesse de vie,

                                    divinité dans le ciel, il est le symbole de ce monde.

                                    Et il n’est presque rien.

                                    Il y a des milliards et des milliards d’astres comme lui à travers l’univers.

                                    Il n’est devenu le soleil

                                    que parce qu’il y a des hommes sur cette terre qu’il éclaire et réchauffe.

                                    Quand le soleil disparaîtra, les hommes ne seront plus rien.

                                    Mais si les hommes, comme c’est probable, disparaissaient avant lui,

                                    le soleil ne serait plus rien qu’une pauvre étoile parmi les autres.


                            Le soleil, en attendant, est la beauté du monde.

                            Le monde est beau parce que le soleil est là.

                            Et il est beau un peu partout.

                            Sur la mer, sur le désert, sur les montagnes, sur les fleuves et sur les rivières

                            - et même, mais il a du mal - sur nos grandes villes et sur les usines dans leurs banlieues.

                            Il est permis de soutenir qu’il n’y aurait pas de beauté,

                            ni dans la nature, ni dans l’art, s’il n’y avait pas ...... de Soleil.

                            

                                                                Jean d'Ormesson    dans : Comme un chant d'espérance

                                                                                                                                        éditions Héloïse d'Ormesson


 


Hèlène nous a proposé "SILENCE" :

              Je cherche rarement à comprendre pourquoi un poème me plaît. C'est comme une évidence, comme l'évidence d'une rencontre.               Hélène 



                                                                                           Silence

                                                    Je connais une ville
                                                    qui chaque jour se remplit de soleil
                                                    et tout alors est emporté
         
                                                    Je m'en suis en allé un soir
          
                                                    Dans le cœur persévérait la crécelle
                                                    des cigales
       
                                                    Du bateau
                                                    verni de blanc
                                                    j'ai vu
                                                    ma ville disparaître
                                                    laissant
                                                    un instant
                                                    une accolade de lumière dans l'air trouble
                                                    en suspens.

                                                                    Giuseppe Ungaretti (1916)




                                  Barbara

Rappelle-toi Barbara
Il pleuvait sans cesse sur Brest ce jour-là
Et tu marchais souriante
Épanouie ravie ruisselante
Sous la pluie
Rappelle-toi Barbara
Il pleuvait sans cesse sur Brest
Et je t'ai croisée rue de Siam
Tu souriais
Et moi je souriais de même
Rappelle-toi Barbara
Toi que je ne connaissais pas
Toi qui ne me connaissais pas
Rappelle-toi
Rappelle-toi quand même ce jour-là
N'oublie pas
Un homme sous un porche s'abritait
Et il a crié ton nom
Barbara
Et tu as couru vers lui sous la pluie
Ruisselante ravie épanouie
Et tu t'es jetée dans ses bras
Rappelle-toi cela Barbara
Et ne m'en veux pas si je te tutoie
Je dis tu à tous ceux que j'aime
Même si je ne les ai vus qu'une seule fois
Je dis tu à tous ceux qui s'aiment
Même si je ne les connais pas
Rappelle-toi Barbara                                                                         

 

 

N'oublie pas
Cette pluie sage et heureuse
Sur ton visage heureux
Sur cette ville heureuse
Cette pluie sur la mer
Sur l'arsenal
Sur le bateau d'Ouessant
Oh Barbara
Quelle connerie la guerre
Qu'es-tu devenue maintenant
Sous cette pluie de fer
De feu d'acier de sang
Et celui qui te serrait dans ses bras
Amoureusement
Est-il mort disparu ou bien encore vivant
Oh Barbara
Il pleut sans cesse sur Brest
Comme il pleuvait avant
Mais ce n'est plus pareil et tout est abimé
C'est une pluie de deuil terrible et désolée
Ce n'est même plus l'orage
De fer d'acier de sang
Tout simplement des nuages
Qui crèvent comme des chiens
Des chiens qui disparaissent
Au fil de l'eau sur Brest
Et vont pourrir au loin
Au loin très loin de Brest
Dont il ne reste rien.

Jacques Prévert, Paroles, 1946

    


En juillet, André vous avait proposé le poème de RIMBAUD, le plus connu et le plus lu.

Arthur Rimbaud a 16 ans en 1870 et dénonce la guerre franco-prussienne qui se déroule près de chez lui.

Ce sonnet s’inscrit bien en cette période de commémoration de la déclaration de la guerre de 14-18.


Le dormeur du val

C'est un trou de verdure où chante une rivière,
Accrochant follement aux herbes des haillons
D'argent ; où le soleil, de la montagne fière,
Luit : c'est un petit val qui mousse de rayons.

Un soldat jeune, bouche ouverte, tête nue,
Et la nuque baignant dans le frais cresson bleu,
Dort ; il est étendu dans l'herbe, sous la nue,
Pâle dans son lit vert où la lumière pleut.

Les pieds dans les glaïeuls, il dort. Souriant comme
Sourirait un enfant malade, il fait un somme :
Nature, berce-le chaudement : il a froid.

Les parfums ne font pas frissonner sa narine ;
Il dort dans le soleil, la main sur sa poitrine,
Tranquille. Il a deux trous rouges au côté droit.
                        Arthur Rimbaud




Le poème très émouvant de Fany proposé en juin 2014 :



Saisons de terre                     



        La terre a un goût de soleil,

        le sol une odeur de bonheur.

        Frappe la vie de tes deux poings,

        cueille les blés de tes deux mains.

        Il y a les grands et les petits,

        la misère et la bourgeoisie,

        Mais si l’on veut que chacun ait,

        même récolte en son grenier,

        il faut semer des fleurs de rêve,

        pieds d’amour ou graines de paix.

 

            La terre a des idées de vie,

            le sol un champ de mélodie,

            cueille la pomme en sa saison

            n’oublie pas l’été de moissons.

            Il y a la mort, il y a l’espoir,

            du rouge sang, du blanc, du noir,

            Mais si l’on veut pouvoir chanter,

            même refrain de liberté,

            Il faut semer des fleurs de rêve,

            pieds d’amour ou graines de paix. 


     










     
      

La terre a mis son manteau blanc,

le sol a enfilé ses gants,

Mets tes godillots à la porte,

laisse voler les feuilles mortes.

Il y a la guerre, il y a la vie,

il y a la prison et l’oubli.

Mais si chacun veut un enfant

pour renaître avec le printemps,

Il faut semer des fleurs de rêve,

pieds d’amour ou graines de paix.

 

    La terre entrouvre ses mamelles,

    le sol accueille l’hirondelle,

    Ouvre tes volets au soleil,

    laisse le jardin aux abeilles,

    Il y a la faim et l’abondance,

    l’injustice et puis l’espérance

    Mais si chacun a dans son cœur,

    un même goût pour le bonheur

    Il faut semer des fleurs de rêve,

    pieds d’amour ou graines de paix.

                                                        

                            Fany



Le poème proposé pour la fin du mois de mai :

       Couleur des mots


            Au blanc des mots

            plus aucun mot

            c'est le néant

            tellement blanc

            qui ne dit mot

            et nie l'instant

            l'instant présent.

 

                Au noir des mots

                d'un noir sans gris

                hors du néant

                les maux sont dits

                et mot à mot

                en noir sur blanc

                la vie s'écrit...

 

            Au rouge des mots

            revient la vie

            d'un rouge vif

            qui donne envie

            dès le matin

            de rire, d'écrire

            la vie sans maux.

 

                Au gris des mots

                c'est le fusain

                en grise mine

                qui se faufile

                à chaque ligne

                en esquissant

                la vie chagrin

 


     












                 

Au vert des mots

vert renaissance

les mots se penchent

pour s'élancer

bien en cadence

et dessiner

des lettres tendres.

 

    Au bleu des mots

    d'un bleu d'azur

     azur très pur

    tous les mots dansent

    en sarabande

    formant guirlande

    pour mieux valser.

 

A l'or des mots

la non-couleur

mais vient la rime

lettre vermeil

instant sublime

l'or du soleil

un vrai bonheur !

 

 

 

Maïthé Chappert,

 

     paru dans :

 "Couleurs des mots"

Lettres du Monde 2006

 


Début Mai, Fany nous avait envoyé un de ses beaux poèmes :


         

   Les Mots pour le dire


          Les mots pour le dire ou pour ne pas le dire,

          Ceux que l’on peut écrire, les mots pour le redire.

        Les mots qu’il faudrait dire, ceux que l’on ne peut dire,

Ceux que l’autre doit dire, les mots qu’on voudrait dire.

Les mots qu’il faut attendre, les mots qu’il faut comprendre,

          Les mots qu’il faut entendre sans que l’autre les dise.

Les mots lourds de silence, les mots sourds de l’absence,

Les mots longs de patience, quelques mots de confiance.

        Les mots à ne pas dire, qui ne veulent rien dire,

        Un seul mot qui déchire, deux ou trois pour maudire,

           Les mots qui se font mal, ceux qui renvoient la balle,

Les coups de pieds au cul, mots qu’on n’aurait pas dû,

        Les mots qui traînent ou qui enchaînent,

        les mots durs de haine,

  Ceux qui pleurent ou qui peinent,

  les mots qui disent : amen.

            Les mots à inventer, les mots à oublier,

            Les mots à deviner et les mots pour chanter.

        Les mots pour entraîner, les mots pour enlacer,

        Les mots pour s’envoler et ceux qui font rêver.

       Les mots doux, les mots fous, les mots un peu voyous,

            Les jolis mots câlins, les petits mots coquins.

        Les mots de velours et d’amour,

         mots que l’on dit un jour,

        Les mots d’espoir et de retour

et les mots de toujours.

            Les mots d’avant ou bien d’après,

            les mots pour être et pour  donner,

        Les mots pour naître et pour aimer,

        Les mots pour embrasser.

            Les mots pour repartir et les mots pour bâtir,

            Les mots pour avancer, les mots à partager.

        Un seul mot pour revivre, un seul mot pour le suivre,

        Et tous les mots d’ivresse, de fête et de tendresse,

        Les mots de vent et de soleil,

          de chaleur, de merveille ;

Des mots nouveaux pour le printemps,

Des mots vrais pour longtemps.

                                   Fany



 Auparavant, fin avril, Françoise et André VINCENS avaient proposé ce poème qu'ils aiment tout particulièrement :

                     Avec les mots


               A mots ouverts, à mots couverts

                Entre deux mots, lequel choisir ?

                Avec les mots, on fait chanter

                Chanter la vie, les odyssées.

                Avec les mots, on peut sourire

                Ou même rire à en mourir.

                Avec les mots, on peut frémir

                D'appréhension ou d'anxiété.

                Avec les mots, on peut pleurer

                Larmes furtives, sanglots serrés.

                Avec les mots, on fait mourir

                D'une mort lente, mort assurée.

                Avec les mots on peut donner

                Donner du temps, de l'amitié.

                Avec les mots, on peut défendre

                Ceux qui ne peuvent se faire entendre.

                Avec les mots, on peut aimer

                D'amour passion, d'amour secret.

                Avec les mots, on fait rêver

                De rêves d'or tout étoilés.


                                                Maïthé Chappert,

paru dans "Au vent d'espace" Lettres du Monde , 2003




Comments